Vous êtes ici : Accueil > Matières > Français > Elisabeth Brami mot à mot
Publié : 8 mai 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Elisabeth Brami mot à mot

Le lundi 5 mai, le collège a eu le très grand plaisir d’accueillir une nouvelle fois Elisabeth Brami, qui semble apprécier toujours autant la belle vue sur la mer que nous avons depuis le dernier étage.

Elle a rencontré tout d’abord la classe de 5ème C pendant une heure : pour la majeure partie de ces élèves, c’étaient des retrouvailles puisqu’ils avaient eu la chance de la rencontrer déjà le 29 avril 2013 quand ils étaient en 6ème. « Il y a des choses précieuses de vous qu’il faut garder, comme des cailloux du Petit Poucet. » étaient les mots sur lesquels élèves et auteur s’étaient quittés et que les élèves avaient gardés soigneusement ...
Puis, pendant deux heures, c’est la classe de 6ème C qui a fait connaissance avec E. Brami.

Depuis le mois de janvier, les élèves des deux classes avaient pu lire au choix, selon leurs goûts personnels et au rythme qui leur convenait, des livres d’Elisabeth Brami qui avaient été prêtés par la librairie Le Chat Pitre grâce à l’association Cordage. Certains titres ont eu beaucoup de succès : Mot à mot, Chère Madame ma grand-mère, Urgent, cherche grand-père , Voyage à Poubelle Plage, La quatrième fille du Docteur Klein, La poubelle des larmes, Ta Lou qui t’aime, ...

Pour commencer chaque rencontre, elle a répondu aux questions des élèves, moment privilégié qu’elle a mis à profit pour leur faire comprendre son rapport particulier à la langue française et aux mots.
« Je suis venue pour vous être utile à un petit quelque chose. »
Elle a parlé de son premier livre (alors qu’elle avait à peu près l’âge des élèves), de ce qui lui a donné envie d’écrire, de son activité d’écrivain : « Écrivain, c’est du travail, mais pas un métier. Un travail comme une sculpture du texte : je cisèle, j’élimine, j’améliore. C’est aussi un soulagement personnel : je suis très impatiente quand j’écris, j’écris comme une enragée... ça bout dans ma marmite ! » ; de l’aventure différente qu’est chaque livre ; de sa complicité avec les illustrateurs et de bien d’autres choses encore ...

Quand l’un des élèves lui a demandé quelle sensation ça fait d’écrire un livre, elle a répondu : « J’espère que je vais être récupérée comme une bouteille à la mer, même si ce n’est que par un seul, je me dis que j’ai été utile pour quelqu’un, quelqu’un qui va garder quelque chose au chaud en lui, à qui ça va faire tilt, comme une rencontre, il va rencontrer mon texte. C’est une chance de correspondre à distance avec quelqu’un que l’on ne connaît pas ... ».

Ensuite, elle a pris un plaisir évident à lire à chaque classe quelques extraits de son livre paru le 14 avril dernier chez Seuil jeunesse et illustré par Loïc Froissard : Enfants cherchent parents trop bien (pas sérieux s’abstenir !)Quelle chance d’entendre l’auteur en personne lire son livre !
C’est un recueil de 40 annonces amusantes (et pertinentes...) d’enfants de tous âges qui souhaitent changer de papa, de maman ou des deux.
A travers ces petites annonces E. Brami aborde de nombreux thèmes : la gourmandise, l’insouciance, la tristesse, ...
Quand on est enfant, quoi de plus normal que de vouloir changer de parents pour des modèles que l’on souhaite ou pense meilleurs ? Tous les élèves l’ont reconnu devant elle !... Ils ont aussi compris que les mots peuvent aider les enfants et les adolescents dans leur vie quotidienne.

Les élèves ont aussi eu la chance d’entendre E. Brami lire quelques extraits du manuscrit sur lequel elle travaille actuellement : Les grandes personnes.

Enfin, quand Elisabeth Brami a distribué à chaque classe des petits carrés de papier argenté, c’était au tour des élèves d’écrire !...

Il nous faut maintenant attendre les résultats du bouillonnement de toutes leurs petites marmites !
A suivre ...

Portfolio automatique :

Répondre à cet article

1 Message

  • Elisabeth Brami mot à mot

    Mai 2014, par Elisabeth Brami

    Bonjour !!
    Très touchée de votre mail, plus rare que vous n’imaginez.
    Moi aussi j’ai aimé ce moment : quelque chose de vrai entre êtres humains.
    Vive les marmites et les marmitons qui bouillonnent
    Pour vous faire patienter, je dédie à tous et toutes ce petit coeur de pierre que j’ai rencontré sur la plage après la classe. Un coeur, c’est toujours bon à partager, n’est-ce pas ?
    Merci de votre invitation et qui sait : jamais deux sans trois...
    Belle fin d’année à tous et toutes !!
    éb

    Répondre à ce message