Vous êtes ici : Accueil > Développement Durable > Migration vers Vaucottes (Partie 1) : Le plein d’essences
Publié : 27 juin 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Migration vers Vaucottes (Partie 1) : Le plein d’essences

Le parc arboré du Collège faisait et fait encore la fierté de cet établissement scolaire.

L’entretien des espaces fleuris, des aires engazonnées et l’ajout d’un potager administré par Mme Faure-Leleu amènent à sensibiliser les jeunes à l’environnement voisin.

Il n’est pas rare de voire sautiller la mésange, roucouler la tourterelle et divers volatiles que le couvert des arbres attire.

A l’entrée du parc, côté cour de récréation, les marronniers et hêtres pourpres attirent le regard. Au milieu d’eux, un modeste arbre s’est glissé. Mais comment s’appelle-t-il ?

A la périphérie du forum, poussent d’autres espèces : l’érable, l’aulne, le bouleau.

Samare d’érable
Le fruit de l’érable. Cette forme que les élèves appellent hélicoptère.

Mais s’agit-il de l’érable sycomore ou de l’érable champêtre.
L’érable reconnu pour son port altier ( la mise érable) et pour son peuplement dense (Un pont d’érables).

Puis ,près du potager,s’élève un gros houx, près d’un chêne et d’une rangée d’ifs. Derrière le bâtiment de l’étoile, un marronnier semble bien seul.

Deux plantes ont attiré mon regard, l’une monte à l’assaut d’un pignon de l’Etoile sur une treille et l’autre accueille généreusement les bourdons au fond du potager.
Comment se nomment-elle : l’une finira en confiserie, l’autre en parfum.

A chacun de nous d’apporter sa petite plante. J’y ai proposé un lilas et un jasmin. Peut-être, si Dieu me prête vie, dans dix ans, verrai-je quelques inflorescences.
J’ai connu ce parc arboré avant la construction du bâtiment scientifique. Un grand frêne trônait au fond de la cour de récréation et le cytise s’étalait en contrebas.

Un fichier Powerpoint établi par des collègues de S.V.T