Vous êtes ici : Accueil > Matières > Latin > Une journée à Aregenua
Publié : 11 mai 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Une journée à Aregenua

Les sites archéologiques et le musée de Vieux-la-Romaine sont situés à douze kilomètres au sud de Caen. Le musée présente l’état des connaissances sur la ville romaine d’Aregenua et son évolution au Moyen Age. On peut aussi visiter les vestiges de la Maison au Grand Péristyle.

Le vendredi 10 mai, les élèves de 6ème C ainsi que ceux de 6ème E sont partis à la découverte des lieux.

Voici un compte-rendu de la journée des 6ème C.

Nous avons découvert Aregenua grâce à un film puis en visitant l’exposition permanente du musée qui propose des collections évoquant la vie quotidienne des habitants de l’époque.

Ensuite direction la Maison au Grand Péristyle :

Cette Maison au Grand Péristyle (demeure urbaine gallo-romaine) est dotée d’un jardin intérieur entouré d’un portique que l’on appelle un péristyle. Cette maison est très vaste (1450 m2 au sol) et appartenait à un notable. Le bâtiment visible aujourd’hui a été construit à la fin du IIème siècle ap. J.-C., sur les vestiges de plusieurs constructions plus anciennes.

On voit encore parfaitement bien comment fonctionnait le chauffage par le sol :

Tous au bain ! ...

Après un pique-nique en plein air, nous avons participé à un atelier fresque avec une très sympathique animatrice dans une ambiance calme, attentive et studieuse.

Elle nous a d’abord expliqué la technique de la peinture a fresco avec des pigments naturels (très utilisée par les Romains et au Moyen Age).

Ensuite chacun a réalisé une petite fresque personnelle sur un stuc selon la technique a secco avec une tempera à l’oeuf.

Voici en quoi cela consiste.

1ère étape : décalquer le motif choisi. (on voit sur les tables les carrés de stuc qui vont servir de support par la suite).

2ème étape : à l’aide d’une aiguille faire des petits trous à tous les deux millimètres sur les lignes du motif :

Concentration ... concentration !

Cela permet d’obtenir un poncif : les piqûres faites sur le tracé du dessin sont destinées à laisser passer la poudre à l’étape suivante.

On vérifie à contre-jour que l’on n’a oublié aucune partie du contour :

3ème étape : taper avec "une poupée" sur le calque pour "encrer" les trous avec du pigment et faire ainsi apparaître le motif sur le carreau de stuc blanc. Le motif est alors reproduit en pointillés.

Attention les doigts !

4ème étape : préparer de la peinture

Il faut d’abord casser un oeuf et récupérer le jaune :

L’art de casser un oeuf est délicat ... On a parfois besoin de recommencer cette opération pour que le jaune soit bien pur !

On mélange le jaune d’oeuf avec de l’eau :

Puis on ajoute un peu de clou de girofle (ou du vinaigre) et des pigments naturels :

5ème étape : peindre les contours du motif. On réalise une sinopia : la sinopia est le nom d’un pigment de couleur rouge et l’on appelle aussi ainsi une ébauche de fresque réalisée avec ce pigment rouge.

Il faut être minutieux et avoir la main légère.

Un peu d’aide ne se refuse pas ...

6ème étape : terminer son oeuvre en utilisant les peintures : du jaune et du rouge que l’on peut aussi mélanger.

Quand chacun a eu terminé, l’animatrice a ajouté à chaque création des touches très fines, des ombres.

7ème étape : Nous avons ensuite laissé nos oeuvres sécher un petit moment au soleil.

8ème étape : dans un ou deux jours, quand la fresque sera bien sèche, il restera à lui donner son brillant définitif.

Pour terminer la journée, en sortant du musée, nous avons regardé le chantier où les archéologues sont actuellement en train de faire des fouilles :